Où acheter du bois pour le chauffage ?

bois
Vous venez d’acquérir un logement avec une cheminée ou vous venez tout juste de faire installer un poêle à votre domicile ? Avant de profiter de la chaleur et des plaisirs offerts par ce genre d’installation, il vous faudra songer à l’achat de la matière première indispensable, le bois. À moins que vous ne soyez vous-même un bucheron, vous allez devoir vous adresser à un revendeur spécialisé. Avant de le contacter, prenez tout de même connaissance des informations contenues dans le texte ci-dessous. Elles pourraient bien en effet vous éviter d’acheter de la mauvaise marchandise !

Faites appel aux services d’un professionnel !

Tout d’abord, il semble important de rappeler que les revendeurs ne sont pas seulement en capacité de vous fournir des bûches traditionnellement utilisées dans les cheminées. Cette industrie a en effet connu de profondes évolutions ces dernières années. Elle a su par exemple s’adapter aux différentes familles d’appareils de chauffage en proposant différentes gammes. Désormais, le choix qui vous est offert s’étend.

Vous pourrez ainsi opter, si cela correspond bien évidemment à la configuration de votre système, pour des granulés. Ils sont également commercialisés sous le nom de pellets. Ces petites “billes” servent à alimenter des chaudières modernes spécialement conçues pour cet usage. Elles se montrent particulièrement performantes et économes sur le long terme. Il est recommandé de les faire installer par un professionnel reconnu et certifié.

Chez votre revendeur spécialisé, vous accéderez également à des produits moins connus du grand public à l’image des bûches compressées par exemple. Il s’agit d’un mélange de sciures et d’écorces, toutes deux issues du recyclage. Elles ont l’avantage d’être relativement économiques et sont en mesure de durer plusieurs heures. Vous pourrez vous en servir dans la plupart des appareils habituellement présents chez les particuliers.

Vous vous trouvez à proximité de Bordeaux et vous aimeriez prendre contact avec un professionnel sérieux et reconnu de cette région ? Dans ce cas, ne perdez plus votre temps et appelez ce spécialiste du bois de chauffage en Gironde ! Il saura vous distiller ses précieux conseils et se montera à votre écoute. Cette entreprise dispose de plus de nombreux points de retrait des marchandises répartis sur l’ensemble du département.

Des essences aux propriétés différentes

Certains d’entre vous s’étonnent peut-être de toute la réflexion nécessaire avant d’investir dans les achats de ce combustible naturel pour le feu. À la limite, de leur point de vue, il suffit tout simplement de ramasser quelques branches au sol ! Dans la réalité, ceci est évidemment un peu plus complexe. En effet, vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il existe plusieurs “familles”, également appelées “essences”. Eh bien entendu, chacune d’entre elles dispose de ses propres caractéristiques. Ainsi, une quantité identique de deux essences différentes ne produira pas la même quantité de chaleur. Il convient donc d’orienter votre choix en direction des essences présentant le meilleur pouvoir calorifique.

Dans le premier groupe, on retrouve tous les “feuillus durs”, à l’image du chêne, du charme, de l’orme, du hêtre, du frêne ou encore de l’érable. Le deuxième rassemble, quant à lui, les variétés qualifiées d'”intermédiaires”. Plus concrètement, il s’agit de variétés proches du châtaignier, de l’acacia, du merisier ainsi que de plusieurs arbres fruitiers. Enfin, la dernière catégorie regroupe tous les “feuillus tendres” (peuplier, bouleau, platane etc) et des résineux comme l’épicéa, le sapin, le pin et le mélèze.

Comment choisir les essences ?

Pour choisir l’essence la mieux adaptée à votre besoin et à votre installation, commencez par vous pencher sur les performances des trois familles évoquées lors du chapitre précédent. Ainsi, une variété appartenant au premier groupe sera en capacité de dégager une énergie moyenne de 2 000 kWh par stère. Cette valeur redescend légèrement pour les deux autres familles, avec respectivement 1 700 et 1 600 kWh par stère. Vous comprenez dès lors mieux tout l’intérêt d’une telle classification du point de vue du consommateur. Vous ne serez pas non plus surpris d’apprendre que les prix de vente habituellement pratiqués sont plus élevés dans la première famille que dans les deux autres…

Prenez garde si vous choisissez le châtaigner pour vous chauffer. Celui-ci présente en effet l’inconvénient d’éclater facilement durant la combustion, provoquant ainsi la projection de petits morceaux incandescents à plusieurs mètres. Vous comprenez dès lors que l’association foyer ouvert et châtaigner n’est assurément pas une très bonne idée… Montrez-vous également méfiant avec la famille des résineux. Ces variétés sont riches en sève, ce qui réduit la qualité de combustion tout en encrassant trop rapidement l’installation. En revanche, rien ne vous interdit de les utiliser pour la phase d’allumage de votre feu, d’autant plus que leur prix d’achat est particulièrement attractif.

Attention à l’humidité !

Ça semble évident pour la majorité d’entre vous mais il est important de rappeler que la combustion ne peut être optimale qu’à la seule condition que le combustible soit sec et même très sec ! Pour une même variété, une branche humide produit ainsi jusqu’à trois fois moins de chaleur qu’une branche sèche. La première va aussi accélérer les phénomènes d’encrassement et d’accumulation de déchets au cœur de votre installation. C’est pourquoi il est primordial de contrôler ce paramètre avant de confirmer votre commande de combustible. Certains revendeurs malhonnêtes n’hésitent pas en effet à revendre des stères humides afin de répondre à un maximum de demande et de générer le plus gros chiffre d’affaires possible.

La phase de séchage prend du temps pour donner sa pleine mesure. Elle dure parfois plus de deux ans en fonction des essences et des quantités à traiter. Le séchage se déroule de préférence dans un lieu abrité. Néanmoins, certaines variétés autorisent cette opération à l’extérieur, à l’abri sous une bâche. Lors de votre achat, n’hésitez pas à interroger le revendeur sur la méthode et la durée du séchage. Si vous sentez le professionnel hésitant ou peu précis, restez sur vos gardes pour éviter de vous faire arnaquer… Une fois votre achat effectué, il vous revient de le stocker dans un abri à l’abri de l’humidité pour en conserver tout le pouvoir calorifique.

Quelques astuces pour vos achats

Acheter votre combustible quelques semaines avant Noël n’est vraiment pas une bonne idée. Vous risquez en effet de devoir patienter longuement avant que votre commande ne soit traitée et livrée, tant les professionnels sont sollicités à cette période. Vous allez surtout devoir mettre la main au portefeuille. On constate en effet une envolée des prix chaque année dès le mois de septembre. Pour éviter de telles difficultés, il est recommandé d’opter pour une stratégie différente. Préférez donc effectuer vos achats durant le printemps ou l’été !

Vous trouverez sur le marché des combustibles affichant fièrement un label. Que valent ces reconnaissances ? Peut-on réellement s’y fier ? La réponse à cette dernière interrogation est clairement positive ! Vous pouvez donc faire confiance (les yeux fermés ou presque) aux produits présentant les labels “France bûche”, “NF chauffage” ou encore “ONF Énergie”.

Pour optimiser la combustion et réduire l’encrassement de l’installation, il existe plusieurs astuces telles l’allumage par le haut par exemple. En l’appliquant, vous réduirez par deux les émissions polluantes générées par le démarrage du feu. Évitez aussi de laisser ouvert trop longuement votre foyer fermé, surtout durant les opérations de rechargement en combustible. Enfin, il est primordial de rappeler toute l’importance d’un bon ramonage. Réalisé par un professionnel reconnu et certifié, le ramonage permet en effet de retirer tous les amas d’impuretés présents dans le conduit. Ces derniers peuvent un jour s’embraser et créer un départ d’incendie.


Chauffage optimal vert : optez pour les granulés de bois
Un poêle est il suffisant comme chauffage principal ?